CORALIE MILLER

             Photo Nicolas Terrier

            Photo Nicolas Terrier

Coralie Miller est auteure et metteuse en scène. Elle écrit depuis plusieurs années de nombreux documentaires —historiques, politiques, scientifiques ou sociétaux— pour la télévision française. Pour la chaîne ARTE : Sauvages, au cœur des zoos humains, de Bruno Victor-Pujebet et Pascal Blanchard, 2018; Pour France 5: Du soleil et des hommes, de François Barré; pour le cinéma: Chambord, le cycle éternel, de Laurent Charbonnier, sortie prévue en 2019.
Elle réalise en 2017 son premier film, Français juifs, les enfants de Marianne, qui aborde les relations entre les Juifs et la République.

Également adaptatrice et metteuse en scène des Monologues du vagin d’Eve Ensler depuis 2015, elle a monté trois représentations exceptionnelles du spectacle à Bobino et au Comédia en mars 2018 –  avec entre autres participantes, la secrétaire d’Etat à l’égalité Femmes-Hommes Marlène Schiappa, les comédiennes Muriel Robin et Carole Bouquet ou encore l’humoriste Sophia Aram.
La même année, sa première pièce Le Journal de ma fille, qui traite des rapports amoureux
et familiaux, est à l’affiche du théâtre de la Tête d’or à Lyon, d’après une mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Philippe Caroit et Anne Jacquemin.

Elle présente en parallèle, à Paris, sa deuxième création théâtrale, Terminus, au festival des Mises en capsules. Un texte autour de la féminité, qu’elle met en scène aux côtés de Mikaël Chirinian, avec Geneviève Casile, Léïla Guérémy et Zoé Bruneau.

PIÈCES

 

Affiche JDMF.jpg

LE JOURNAL DE MA FILLE
Théâtre de la Tête d'or, Lyon

Simon et Magali sont séparés depuis plusieurs mois. Mais lorsqu’ils découvrent que leur fille de 15 ans leur a menti pour partir en week-end avec ses copains, ils décident de lire ensemble son journal intime. Cette decisión va bouleverser leur existence.
Au fur et à mesure qu’ils découvrent le récit des amours de leur fille adolescente, plus poussés qu’ils ne le croyaient, ou de son quotidien dans toute sa banalité, ils se trouvent confrontés à leur passé. Et sommés de réfléchir sur le bien-fondé de leur séparation brutale, sur les valeurs –parfois différentes pour l’un ou l’autre– qu’ils ont tenté de lui inculquer. Portés par ces pages, déroulées de façon plus ou moins rapide, ils vont régler leurs comptes, ressortir les vieux “dossiers” (notamment les coups de canif donnés à leur contrat de mariage).
C’est admirablement interprété, souvent drôle, parfois émouvant, mais aussi instructif sur le désarroi des parents dans la société  actuelle.

Une histoire de famille et de couple qui nous rappelle qu’il ne faut jamais, mais alors JAMAIS, lire le journal de sa fille. Quoique.